Mobilité Francophone vise à faciliter et simplifier l’embauche de travailleurs qualifiés francophones pour les employeurs Canadiens hors de la province du Québec.

L’embauche de tels travailleurs peut offrir un nombre d’avantages. À titre d’exemple, l’habileté d’offrir un service bilingue, soit dans les deux langues officielles pourrait aider une entreprise à s’immerger dans de nouveaux marchés autant nationaux qu’internationaux.

Ce volet relève du Programme de Mobilité Internationale, qui permet aux employeurs Canadiens d’embaucher des travailleurs étrangers sans avoir à obtenir une Étude d’impact sur le marché du travail (EIMT). Par conséquent, l’employeur n’est pas tenu à démontrer des efforts d’embaucher ou de former des citoyens Canadiens ou des résidents permanents ; de plus, le frais d’inscription de l’EIMT au coût de 1000 $ ne sera pas requis sous Mobilité Francophone.

Contrairement au programme Expérience internationale Canada (EIC) – une autre branche du programme Mobilité Internationale connue autant par les employeurs que les travailleurs – les critères d’éligibilité pour Mobilité Francophone ne sont pas restreints par rapport à la nationalité et l’âge du travailleur. Les citoyens de tous les pays, ainsi que de tout âge peuvent être admissibles à travailler au Canada par le biais de Mobilité Francophone.

Mobilité Francophone : Quels travailleurs sont éligibles ?

Sous Mobilité Francophone, les conditions suivantes sont requises :

  • Le candidat demeurera et travaillera hors de la province du Québec.
  • Le candidat emploie le français comme langue usuelle quotidiennement.
    • L’évaluation de la capacité linguistique du candidat est à la discrétion de l’agent de visas. /li>
    • Dans l’application initiale du candidat, lorsqu’il est incertain que celui-ci possède les aptitudes nécessaires en Français, le Test d’Évaluation du Français (TEF) peut être requis. Si tel est le cas, un résultat du Niveaux de compétence linguistique Canadiens (NCLC) de 7 ou plus est le seuil exigé du candidat.

L’embauche de travailleurs français ou bilingues

Les employeurs Canadiens intéressés à recruter par le biais de Mobilité Francophone doivent noter les critères ci-dessous :

  • L’employeur doit soumettre une offre d’emploi avant que la demande d’un permis de travail soit faite. Les offres d’emploi posées par le programme Mobilité Internationale sont soumises sous le Portail-Employeur.
  • L’offre d’emploi présentée à un travailleur étranger doit être pour une position qualifiée. La Classification nationale des professions (CNP) est le système Canadien de classification des différentes occupations qui regroupe les travailleurs qualifiés selon les niveaux 0, A ou B.
    • Niveau de compétence 0 : postes de gestion.
    • Niveau de compétence A : postes professionnels. Un diplôme universitaire est généralement requis des travailleurs afin d’être embauché pour ces emplois.
    • Niveau de compétence B : emplois techniques ou spécialisés. Les travailleurs doivent généralement posséder un diplôme collégial ou une formation d’apprenti au préalable afin d’être sélectionnés pour ces emplois.
  • L’offre d’emploi ne doit pas exiger la connaissance du français sous la description de l’emploi. Cependant, le travailleur doit avoir la maîtrise du français (voir la section ci-dessus pour en savoir plus).
  • Un frais de conformité de l’employeur au coût de 230$ est exigé pour chaque offre d’emploi faite par le Portail-Employeur. Une fois que le frais a été payé, le numéro de l’offre d’emploi peut être transmis au candidat (le travailleur étranger), qui soumet la demande d’un permis de travail.
  • Les agents de visas peuvent émettre un permis de travail dispensé de l’EIMT qui est valide pendant la durée de l’offre d’emploi ou jusqu’à l’expiration du titre de voyage, selon la première éventualité.
  • IRCC vise à maintenir des standards de traitements rapides. À titre d’exemple, le délai de traitement pour le bureau des visas à Paris est approximativement d’un mois.

Membre de famille qui accompagne le demandeur

Les travailleurs étrangers peuvent emmener des membres de familles qui accompagnent le demandeur au Canada. Si l’offre d’emploi est d’une durée de six mois ou plus, l’époux ou le conjoint de fait, si applicable, peuvent faire la demande d’un permis de travail ouvert. Celui qui détient un permis de travail ouvert peut travailler pour n’importe quel employeur canadien, et ce, sans avoir confirmé une offre d’emploi. Un permis de travail ouvert n’est pas lié à un emploi donné.

De plus, si l’offre d’emploi est d’une durée de six mois ou plus, une demande de permis d’étude peut être soumise pour un enfant d’âge scolaire accompagnant le travailleur. Aucune lettre d’admission est requise afin de faire la demande de permis d’étude dans ces circonstances.

Renouvellements

Les renouvellements des permis de travails émis par le biais de Mobilité Francophone peuvent être soumis par le service postal au Centre de traitement des demandes (CTD) à Vegreville ou en ligne au Centre de soutien des opérations. Les demandeurs qui détiennent un permis de travail valide sous l’ancienne dispense « Avantage important – Francophone recruté pour travailler hors Québec » peuvent soumettre une demande pour un renouvellement d’un permis de travail par le biais de Mobilité Francophone.

Les critères initiaux (décrits ci-dessus) doivent tout de même être remplis et le candidat doit continuer à être employé dans un CNP correspondant au niveau 0, A ou B, hors du Québec.

Les employeurs et les travailleurs étrangers qui sont intéressés par le programme Mobilité Francophone peuvent soumettre une demande de renseignements à wp@canadavisa.com. Veuillez inclure tous les renseignements pertinents quant à l’offre d’emploi que vous avez, et pour les travailleurs, des renseignements quant à votre maîtrise de la langue française.

Employeurs