Saisissez cette occasion pour vous renseigner sur la province canadienne de l’Île-du-Prince-Édouard.

Les faits

L’Île-du-Prince-Édouard est l’une des quatre provinces de l’Atlantique. Plus petite et moins populeuse province du Canada, elle compte 140 000 habitants. La capitale de l’Île-du-Prince-Édouard, Charlottetown, compte quant à elle 40 000 résidents.

about PEI

La démographie de l'Île-du-Prince-Édouard

En plus d’être la plus petite province canadienne au niveau de la superficie, l’Île-du-Prince-Édouard, avec ses 140 000 habitants, est également la province la moins populeuse. La densité de la population y est très importante puisque près de la moitié des gens réside à Charlottetown ou dans les environs. La population de l’Île-du-Prince-Édouard est stable depuis au moins vingt ans.

L’immigration en Île-du-Prince-Édouard

Comme la plupart des autres provinces canadiennes, l’Île-du-Prince-Édouard compte sur l’immigration pour assurer sa croissance démographique et économique. Afin d’encourager l’immigration qui satisfait aux exigences particulières de la province, l’Île-du-Prince-Édouard possède un Programme des candidats des provinces qui lui permet de sélectionner les immigrants les plus aptes à s’établir avec succès dans la province.

Le standard de vie en Île-du-Prince-Édouard

À l’Île-du-Prince-Édouard, le coût de la vie, de l’immobilier et de l’énergie est parmi les plus bas au Canada. Toutefois, le salaire moyen d’une famille de l’Île-du-Prince-Édouard est plus bas que la moyenne canadienne. Il en va de même pour le salaire minimum, alors que les taxes personnelles, elles, sont plus élevées que la moyenne canadienne.

L'emploi et l'économie en Île-du-Prince-Édouard

L’agriculture, le tourisme et la pêche constituent les principales industries de l’Île-du-Prince-Édouard. Alors que le secteur des hautes technologies et l’industrie manufacturière sont en pleine croissance, l’industrie de la pêche, qui constituait jadis la principale source d’emploi, est en déclin. Le gouvernement s’efforce de former les chômeurs de l’industrie de la pêche afin qu’ils puissent œuvrer dans un secteur économique dont l’avenir est assuré.

Logement résidentiel en Île-du-Prince-Édouard

En raison de sa population peu nombreuse, des maisons à coûts abordables sont toujours disponibles à l’Île-du-Prince-Édouard.

L’éducation en Île-du-Prince-Édouard

Au Canada, tous les citoyens et résidents permanents âgés de 20 ans et moins ont accès à une éducation gratuite jusqu’à la fin de l’école secondaire à l’intérieur du système public d’éducation. Allant de la maternelle à la douzième année, le système public d’éducation de l’Île-du-Prince-Édouard offre également des programmes de formation en apprentissage.

Au cœur du système d’éducation postsecondaire de la province, on retrouve l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard, le Holland College, et le Adult Learning Centre, où les cours sont dispensés en français.

Les soins de santé en Île-du-Prince-Édouard

Sous la Constitution canadienne, toutes les provinces et tous les territoires doivent offrir des soins de santé universels et publics à tous les Canadiens et résidents légaux du Canada. En d’autres mots, au Canada, la plupart des services de santé de base sont offerts sans que le patient ait à payer des frais directs. C’est le cas à l’Île-du-Prince-Édouard où l’Assurance-santé couvre la totalité des services médicaux nécessaires pour tous les citoyens et la plupart des résidents permanents.

L’historique de l'Île-du-Prince-Édouard


L’Île-du-Prince-Édouard a été nommée ainsi en l’honneur du Prince Édouard Augustus, duc de Kent et père de la reine Victoria. Les Mi’kmaq furent les premiers habitants de l’Île-du-Prince-Édouard, qu’ils appelaient « Abegwiet », soit « la terre bercée par les vagues ». Les Français furent les premiers Européens à s’établir dans l’île et lui donnèrent le nom de « Île St-Jean ». Elle constituait alors une colonie française faisant partie de l’Acadie. Lorsqu’ils prirent possession de l’île en 1798, les Britanniques lui donnèrent son nom actuel.

L’Île-du-Prince-Édouard a fait partie des discussions menant à la Confédération canadienne en 1867. La province demeura cependant indépendante jusqu’en 1873, date à laquelle elle joignit la Confédération. Suite à son incorporation au sein du Canada, les chemins de fer canadiens furent allongés pour se rendre jusqu’à l’île, ce qui eut un effet bénéfique sur l’agriculture de la province.

La culture de l'Île-du-Prince-Édouard

En tant qu’île peu populeuse, l’Île-du-Prince-Édouard possède certes une culture distincte qui contribue à la popularité de la province. Les résidents de l’Île-du-Prince-Édouard sont connus comme les « Islanders » (habitants de l’île).

Le gouvernement de l'Île-du-Prince-Édouard

Le gouvernement canadien est une fédération qui accorde certains pouvoirs aux provinces tout en conservant le contrôle au niveau national en ce qui a trait aux affaires relatives au gouvernement fédéral. La province de l’Île-du-Prince-Édouard possède son propre Parlement, l’historique Province House, situé à Charlottetown.

La ville principale

Charlottetown

En tant que capitale de l’Île-du-Prince-Édouard, Charlottetown accueille 40 000 personnes. 20 000 de plus vivent près de la ville. L’économie de la ville repose sur le secteur public grâce à la présence des gouvernements fédéral, provincial et municipal. Les industries des hautes technologies, des services et du tourisme sont d’autre part en croissance depuis quelques années. Reconnue comme une petite ville moderne mais avec un cachet particulier, Charlottetown accueille l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard.